Anonim

Je m'appelle Dennis Chung et je suis l'un des nombreux membres du personnel derrière Motorcycle.com . Et j'ai une confession à faire.

Je n'ai jamais fait de moto.

Revenons un peu en arrière et expliquons quelques points. Les lecteurs habituels de Motorcycle.com connaissent bien le rédacteur en chef Kevin Duke, le rédacteur en chef Pete Brissette et le FNG Troy Siahaan menant une vie glamour en tant que journalistes de la moto sur la côte gauche. Mais ce que la plupart des lecteurs ne savent pas, c’est que nos trois rois résidents en fusillade sont soutenus par une petite mais dévouée armée de gens qui font tout ce qui est petit pour aider Motorcycle.com à prospérer.

Mes tâches consistent principalement en beaucoup de recherches et de vérification des faits, en gardant une trace des dernières nouvelles de l'industrie, en préparant des articles et en préparant les crayons de couleur pour produire les graphiques dynamiques pour nos revues et nos fusillades. Après presque quatre ans passés ici chez Motorcycle.com et après avoir lu et relu presque tous les mots que nous avons publiés au cours de cette période, j'en sais probablement autant sur les motos que quiconque peut en avoir sans en avoir conduit.

Sortez de notre bureau et la première chose que vous verrez sera probablement une rangée de motos garées dans la rue. Chaque jour, vous pouvez voir un mélange de motos, des scooters aux randonneurs en passant par les croisières et les motos sportives.

Eh bien, il est temps que nous changions cela, non? C’est pourquoi j’ai été choisie pour être la vierge sacrificielle de la série pour débutants de Motorcycle.com .

Nouveau sang

Un rapport récent de JD Power and Associates a confirmé ce que de nombreux acteurs du secteur des motos ont découvert: leur clientèle vieillit. Selon le rapport, l'âge moyen d'un nouvel acheteur de motos en 2001 était de 40 ans. Neuf ans avant 2010, que voyons-nous? L'année dernière, l'âge moyen d'un nouvel acheteur de motos était de 49 ans. Il ne faut pas un génie en mathématiques pour voir ce qui se passe ici. L'industrie de la moto a besoin de sang neuf.

Le secteur de la moto a été l’un des plus durement touchés par le ralentissement économique mondial et, même si certains signes indiquent que le pire est passé (les ventes de motocyclettes aux États-Unis ont augmenté de 7, 2% au premier trimestre), il nous reste encore beaucoup à faire pour revenir chiffres que nous avons vu il y a seulement cinq ans.

Comme Troy l’a écrit dans notre premier Shootout Vélo débutant 2011, le segment des coureurs débutants est le Saint-Graal pour les constructeurs de motos. Le secteur doit attirer de nouveaux clients avec des produits de qualité, adaptés aux débutants, puis les inciter à revenir pour des modèles plus avancés à mesure qu'ils acquièrent de l'expérience.

Image

Les constructeurs commencent à voir les avantages de proposer des motos d’entrée de gamme telles que ces prétendants de notre Shootout Débutant 250cc 2011, la Kawasaki Ninja 250R, la Honda CBR250R et la Hyosung GT250.

Et les fabricants ont commencé à agir. Kawasaki a une quasi-emprise sur le segment des motos sportives à faible cylindrée depuis deux décennies avec sa Ninja 250R, tandis que Honda présente sa nouvelle CBR250R. En Europe et en Asie, KTM présente son nouveau 125 Duke, tandis qu'Aprilia a promis l'arrivée d'un nouveau RS4 125 en Amérique du Nord d'ici la fin de l'année.

Avec cela, nous, chez Motorcycle.com , avons décidé de faire notre part avec cette nouvelle série, illustrant les expériences vécues par un nouveau pilote. Nous obtiendrons une licence, recevrons une formation appropriée et suivrons l'expérience d'un coureur débutant sur une motocyclette débutante: notre vainqueur de la première course à vélo pour débutants en 2011, la Honda CBR250R.

La Honda CBR250R 2011 a remporté notre tournoi de vélo pour débutants. Nous verrons bientôt comment cela se passe entre les mains d'un débutant.

Maintenant que nous avons compris pourquoi nous faisons cette série, il est temps de poser une question importante…

Pourquoi veux-tu rouler?

Chacun a sa propre raison de vouloir faire de la moto. Certaines personnes aiment le sentiment de voyager en plein air sans être entourées de deux tonnes de métal. Certains aiment la connexion personnelle entre l'individu et la machine. D'autres aiment le sentiment de camaraderie et de communauté partagé par tous les motards. Et certaines personnes aiment juste aller vraiment très vite.

Bien que toutes ces raisons aient un certain attrait, pour moi, la raison la plus importante est l’aspect pratique. Je prends actuellement le transport en commun pour les trajets de 20 milles allant de chez moi en banlieue au bureau du centre-ville de Toronto. Dans un bon jour, il me faut une heure et demie pour me rendre au travail. Un mauvais jour, cela peut me prendre jusqu'à deux heures avant mon arrivée. Même si je suis un partisan des transports en commun, cela signifie que trois à quatre heures de ma vie sont passées chaque jour dans un bus bondé ou une rame de métro.

Le système de transport en commun de Toronto se présente comme la "meilleure façon". Ces deux messieurs ne voudraient pas différer.

L'alternative est de conduire au travail. En plus d'être le détenteur d'un titre de transport mensuel, je suis aussi l'heureux propriétaire d'une Nissan Altima 1998. Les jours où je choisis de me rendre au travail en voiture, mon temps de trajet aller simple est réduit de moitié à 45 minutes seulement.

Ce que je gagne en temps, je le paye en argent froid et dur. Un titre de transport mensuel à Toronto coûte 121 $. Avec environ 22 ou 23 jours de travail par mois, cela représente environ 5, 50 dollars par jour en transport. À titre de comparaison, mon Altima '98 est évaluée à 23 mi / gal par l’EPA. Avec une distance aller-retour de 40 milles, je peux m'attendre à payer environ 8 dollars par jour pour l'essence, et probablement davantage si le prix du pétrole augmente comme prévu cet été. Ajoutez des frais de stationnement qui varient entre 10 et 12 dollars par jour, selon le terrain, et je peux dépenser environ 20 dollars par jour pour mes déplacements quotidiens. Dans l’état actuel des choses, mon choix est de payer en temps ou en argent.

Mon 1998 Nissan Altima. Oui, elle coule à l'huile, la suspension couine comme une souris et la rouille érode un trou dans la porte du conducteur, mais c'est toujours mon bébé.