Anonim

Image

Quand la science échoue
Pouvez-vous deviner ce que c'est? Allan Girdler

Allez-y, regardez d'abord la photo. Mon pari est que vous ne pourrez pas deviner ce que c'est, ni pourquoi c'est montré ici, jusqu'à ce que vous lisiez le blog, un cas clair de 1000 mots donnant de la valeur à une photo.

Comment?

Les surfeurs se rappelleront qu’il n’ya pas si longtemps, j’ai acheté une Kawasaki Ninja 250R, une '05 avec à peine 1 000 milles au compteur, parfaitement brillante comme neuve, à un prix raisonnable, même lorsque je devais augmenter les frais pour réenregistrer le vélo après deux ans de stockage. Je l'ai ramené à la maison, fait l'assurance et l'enregistrement, vérifié l'huile, le liquide de refroidissement et les pneus, mis le starter et le bouton-poussoir, et tout s'est déclenché. Après un échauffement convenable, je suis descendu sur la route de comté, satisfait de la légèreté et de la précision de la direction et des freins.

Trois milles plus tard, le moteur a chancelé et a fait un bond, ayant l’impression d’être en panne d’essence, même si je savais que ce ne le serait pas. En tournant et en utilisant l'étranglement, je suis tombé sur le ranch de mon beau-fils, où le moteur est mort, tout comme Marley.

Chez moi dans mon camion, me sentant aussi perplexe que fâché, le vendeur m'a donné sa carte et a demandé une invitation à notre déjeuner à engrenages, ce qui signifie qu'il ne m'avait pas trompé ou trompé.

Dans le magasin, il y avait de l'essence dans le réservoir, le robinet d'essence coulait librement, l'étincelle était forte et chaude … mais le moteur ne tournait que sur un starter 5 / 6ème, à 4000 tr / min, et ne tirait pas. Il y a un site Web Ninja 250, dont la section technique contient une collection de comptes-rendus de problèmes, tout comme le mien, avec un vélo sorti du magasin et refusant de courir. Chacun de ces rapports disait la même chose: gaz vicié ou contaminé, comme dans l'éthanol et le vernis, avec les plus petits jets encrassés ou bouchés.

J'ai parlé à Bill Werner, chef de l'équipe de Kawasaki; Randy Davis, technicien à la retraite de Kawasaki; et notre propre Paul Dean, chef de notre département de service et un homme de grande expérience.

Ils sont d'accord: il y avait un problème de carburation.

Dans des domaines comme celui-ci, je suis un gars vintage. Si c'est un Mikuni à diapositives rondes ou même deux Webers, ou une magnéto à un seul feu, je suis ton homme. Mais une vérification avec le manuel du magasin Ninja m'a montré que j'aurais du mal à retirer même le filtre à air, alors j'ai appelé Bill Formby, un pilote à la retraite qui est M. Fixit dans mon coin du pays.

Oh cher. Les deux glucides du Ninja ont été vérifiés. À ce stade, la science et l'analyse minutieuse et la logique ont indiqué que c'était le problème, mais cela ne semblait pas être le cas et la performance ne s'est pas améliorée après le nettoyage et l'inspection de tous les passages et orifices. Paul avait recommandé un kit de jet, car il avait monté les Ninjas ainsi traités et les avait améliorés. J'ai donc reçu un kit de Dynojet.

Courte pause ici. À ce stade, toutes les sources avaient utilisé un examen minutieux, une enquête scientifique étape par étape. Tous les indices indiquaient un problème… qui n'était pas là. Donc, avec les glucides sur le banc et les panneaux de carrosserie hors du cadre, Bill a commencé à chercher ailleurs.

Mon Ninja est, bien sûr, un modèle californien. Les Ninjas à 49 états alimentent le réservoir de carburant en air par un bouchon ventilé. La version californienne, craignant que les émanations ne polluent l’atmosphère, dispose d’un bouchon scellé avec un réseau labyrinthique de tuyaux de purge, de tuyaux de vidange, de tuyaux à vide, de tuyaux à impulsions, de tuyaux d’alimentation et de bidons.

Oui. La photo mystère représente une section du tuyau qui alimente ou est censée alimenter en air le réservoir de carburant. Si l'air ne peut pas entrer, le carburant ne peut pas sortir.

Quelque part, à un moment donné, quelqu'un a mis ce tuyau près d'un tuyau d'échappement. Il était loin de l'endroit où il aurait dû être. La chaleur ramollit le tuyau, qui s'affaissa à plat et coupa l'air. Les jets ne sont pas encrassés, les glucides ne sont pas hors d'usage et l'éthanol, pour une fois, n'est pas le coupable.

Comment cela s'est passé, je ne peux pas comprendre. Mon millésime Triumph a été désactivé, du moins en partie par négligence et abus (par exemple, fourche sèche, frein trempé, câblage bâclé). Les Kawasaki n'avaient pas été montés, encore moins maltraités. Je parie qu'il vient d'avoir sa première vidange d'huile. Les deux propriétaires précédents n'avaient ni altéré ni touché quoi que ce soit que je puisse trouver. Une erreur commise lors du montage? Ce n'est pas le genre de chose pour laquelle les Kawasakis sont célèbres.

Pas que tout ce qui précède signifie beaucoup. Pour rééditer un peu le philosophe Eric Hoffer, ce qui compte, c’est que nous voyons ce que nous cherchons, donc parfois si nous ne le cherchons pas, nous ne le voyons pas.